Clin d’oeil à Clive W. Godfrey

Une fois n’est pas coutume, j’écrirai ce billet en mon nom. 

Une raison simple à cela, le caractère particulièrement personnel de ce que je compte vous décrire.

Je viens de réaliser la dernière ânerie de l’année.

J’ai (virtuellement) gravi l’Alpe d’Huez environ 4,6 fois afin de totaliser un dénivelé positif de 4810 mètres (en un peu plus de 6 heures et sur 111 km). La hauteur du Mont-Blanc.

J’ai beaucoup pensé à mon ami Clive W. Godfrey, avec lequel j’ai de nombreuses discussions philosophiques (bon, je vous l’accorde, par moment, il s’agit de philosophie de café). 

Si nous devions débattre à l’instant, il me demanderait « pourquoi ». À quoi riment de tels efforts ?

Si nous devions débattre à l’instant, je lui avouerais que les six heures de temps qu’il m’a fallu pour réaliser cette ascension ne m’auront pas suffi à trouver la réponse.

Alors je lui répondrais ceci : et pourquoi pas ?

Pourquoi ne pas mouiller le maillot pour AMW.

Joyeuses fêtes à tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.