Il s’appelle Giorgio

Il y a quelques jours, AMW Cycling et les coureurs de son team fêtaient.

La petite sauterie (dont, cher Lecteur, vous ne saurez rien, car ce qui se passe chez AMW Cycling reste chez AMW Cycling – une question de décence, vous le comprendrez) marquait la fin de notre deuxième saison.

Ou peut-être le lancement de la troisième saison. Je ne sais plus (les séquelles, sans doute, d’une indécente soirée).

L’occasion pour moi de publier le dernier billet d’une belle saison (ou le premier d’une nouvelle saison qui s’annonce plus excitante encore – j’aurais l’occasion de vous en parler prochainement) et de remercier très chaleureusement toutes celles et ceux qui nous accompagnent et soutiennent depuis déjà deux ans.

Merci à tous !

Aussi, parce qu’il aura fièrement porté les couleurs de son pays, l’Italie, et tout aussi fièrement représenté AMW Cycling et son Team Orcadia – HRC Associates aux mondiaux de Gran Fondo qui se déroulaient à Sarajevo le 10 octobre dernier, je souhaite à présent donner la parole à Giorgio Bianchi.

« Giorgio, tu nous as rejoint il y a un peu moins d’un an et, il y a quelques semaines, tu nous gratifiais déjà d’une qualification aux Championnats du Monde Gran Fondo UCI et d’une participation à ces championnats se soldant par une belle 19e place. C’est une première pour AMW Cycling, mais déjà ta troisième participation aux Championnats du Monde Gran Fondo UCI . Alors ma première question est quel est ton secret ?

Secret ? Il n’y a aucun secret !

Peux-tu nous décrire ta course ? 

À cause des restrictions aux voyages et des courses de qualification fixées juste avant la date des championnats, la liste de départ était plus courte que d’habitude, mais il y avait quand même du niveau, les podiums étaient bien garnis d’anciens pros. La météo était le gros défi de la course, conditions extrêmes entre froid, brouillard, pluie et quelques flocons de neige à l’arrivé en altitude. Mais je dois dire que l’organisation a bien répondu, malgré les difficultés liées à la météo et à l’arrivée située en altitude, qui logistiquement n’est jamais facile à gérer.

Si tu devais retenir le « moment fort » de cette course, lequel serait-il ? 

Les 15km de descente faite à bloc à 70km/h, en plein brouillard, pluie et froid. 

Revenons sur ton intégration dans le Team. Même si je n’imagine pas que la réponse puisse être négative, es-tu heureux d’avoir rejoint notre bande de fous furieux ? 

Quoi dire, je suis très content, j’étais à la recherche d’un groupe pour partager ma passion et progresser de niveau, ce que j’ai trouvé chez AMW est allé bien au-delà de mes meilleures attentes. Je me suis senti pleinement intégré dans le groupe depuis la première sortie, étant aussi bien doué au niveau de folie furieuse…

Que t’a apporté ce Team et qu’espères-tu pour les saisons à venir ? 

Ce que j’ai apprécié depuis le début, c’est la cohésion et la volonté d’atteindre nos objectifs tous ensemble, en exploitant la force du groupe. Pour les saisons à venir, je souhaite consolider notre cohésion et arriver tous ensemble à nos grands objectifs, en commençant par Trento 2022. 

Promis cela restera entre nous, qui selon toi est le plus cinglé des fous furieux ? 

Uff, pas facile, tu me demandes de choisir entre Thibaud qui aime rouler quand il pleut et qui ne  perd pas une occasion de nous montrer qu’il a pas mal de watts dans les jambes; le pauvre Jeremy qui en essayant de le suivre  se blesse et  perd la bonne partie de la saison ; Flo qu’avec sa structure physique s’aligne tranquillement aux ultrafondos montagnardes comme s’il devait s’asseoir au restaurant ; Francky, notre leader indiscuté sur le vélo et hors du vélo, une véritable machine à rouler ; Mathieu qui saute sur toutes les rotondes et tous les trottoirs qu’il rencontre, Pierre qui se fait 200km en VTT le samedi dans la boue et il roule le lendemain avec nous… et toi, que t’as mis en place une équipe amateur avec une structuration digne d’une équipe pro !

Si tu devais retenir le « moment fort » de cette saison au sein de AMW Cycling, lequel serait-il ? 

Il y en a eu beaucoup, mais si je dois choisir, c’est la marche au mois de janvier. Routes impraticables avec un demi-mètre de neige ? C’est quoi le problème pour les loups, on fait 4h de marche dans les bois enneigés, avec l’équipe au complet ! Là je me suis dit, ça c’est une véritable équipe !

Tu poursuis l’aventure à nos côtés ? 

Mais bien sûr, je ne pourrais demander rien de mieux ! Et en plus, tu veux que je trouve où une autre équipe qui va intégrer un fou comme moi ?

Sérieux, quel est ton secret ?

Mais non, il n’y a aucun secret ! Juste une forte passion et une concentration maniacale sur les objectifs !

Dernière question, sur la très sérieuse échelle de Norris (je t’invite à relire le dernier article au besoin), où te situes-tu par rapport à dieu, Chuck Norris et le céleste Francky Fix ? 

Bon, Chuck Norris et Francky sont inaccessibles. Dieu, on ne le touche pas, mais ça me fait penser aux fêtes de Noël qui s’approchent, donc je pourrais bien être l’âne de la crèche (étant donné que l’âne est aussi le symbole de mon village d’origine !).

Merci Giorgio de ta présence à nos côtés et de ta bonne humeur indéfectible. »

L’aventure continue !

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.